Copacabana

Posted by on mars 9, 2012

Pour arriver à Copacabana notre bus traverse un petit détroit sur une bac précaire, et nous sur un petit bateau.

Quand on arrive dans cette petite ville toute tranquille de 6000 habitants au bord de ce splendide lac on ne comprend pas le site gouvernemental du ministère des affaires étrangères français.
Je site : « Il est déconseillé de se rendre dans la ville de Copacabana située au bord du lac Titicaca à la frontière entre le Pérou et la Bolivie. Cette ville a été coupée à plusieurs reprises du reste du pays à la suite de problèmes politiques et sociaux. Copacabana semble attirer un certain nombre de touristes consommateurs de drogue. Il est rappelé que cette ville n’est pas totalement contrôlée par la police. »

Lors de notre séjour des conflits sociaux ont bloqué pendant plus d’une semaine 2 fois des villes (La Paz et Tarija) bloquant notamment l’arrivée de vivre, alors pourquoi pas interdire d’aller à La Paz où nous avons rencontré aussi des Français qui s’amuse avec la drogue Bolivienne.

Cobacabana est appelé par le guide du routard « petit centre de villégiature très vivant », en fait c’est comme la côte d’azur avec beaucoup moins de retraité et avec un temps Breton.

Ici tout est calme, et il y a bien un commissariat et des policiers contrairement à ce qui est dit sur le site du ministère de la peur.
Enfin il est vrai que certains touristes viennent en Bolivie pour entre autre prendre de la poudre, donc on comprend bien qu’il peut y avoir des problèmes.

L’église est magnifique, ses toits sont splendides, je pense que c’est le plus beau bâtiment que nous ayons vu en Bolivie, mais sur la place ça pue un peu !

Tous les jours des gens viennent faire baptiser leur véhicule, bus, minivan, taxi, voiture, camion….
Ils les couvrent de fleurs, se font jeter des confettis sur la tête et un prêtre avec un seau d’eau bénite asperge le véhicule capot ouvert pendant que les gens boivent de la bière et en verse par terre, ce qui donne un odeur fermentée à la place.
Le dimanche il y a carrément des files de véhicules qui attendent leur tour.

L’ambiance est un peu mystique, la ville est coincée entre deux très belles collines dont une très utilisée pour les offrandes et cérémonies.
Contrairement à ce que pensent certains Français si les Boliviens vendent des ‘merdes’ (maisons, voitures … miniatures) en haut de la colline, ce ne sont pas des jouets pour les petits enfants, c’est une question de croyance, cela symbolise les souhaits des personnes pour les offrandes.
Les Boliviens sont un peu naïfs, les adultes font des blagues de gamins et les sectes et églises variées sont très bien implantées.

Il y a eu plusieurs apparitions de la vierge dans cette ville et se sont des brésiliens venus en pèlerinage qui ont par la suite fondé Copacabana au Brésil.

Nous sommes restés 3 nuits à l’hostal Sonia que nous a conseillé Ali (gars très sympa rencontré à Uyuni puis à La Paz), c’était bien tranquille après La Paz.

Dans toutes la Bolivie on se déplace avec les Boliviens mais ici il y a des bateaux spéciale touristse et aussi des prix spécials touristes.
Les toilettes publique dans toute la Bolivie coûte 1 Bob, sur le port c’est pareil pour les Boliviens mais c’est 2 pour les touristes, alors comme j’étais parti avec 1 Bob dans la poche, après avoir insisté pour rentrer j’ai du faire à côté.
J’ai voulu acheter du beurre, on ma dit 10 Bob, ça coûtait tout le temps entre 6,5 et 7,5 à La Paz, donc je ne prend pas le beurre, je reviens le matin car quand même j’en veux pour le pti déj, je demande à un autre marchant et c’est 6 !

Malgré la bonne ambiance dans cette petite ville, on se rend vite compte que beaucoup de Boliviens prennent les touristes pour des cons (spécialement dans cette ville).
On avait encore jamais ressenti ça, on espère que ce n’est pas une influence du Pérou ou paraît-il, la négociation est beaucoup plus de mise qu’en Bolivie.

A Copacabana nous avons goûté le Coca Quina, boisson à base de feuille de coca, c’est Bolivien et pas mal, c’est comme du coca cola avec un petit gout de bonbon au coca, vous savez les petites bouteilles.
Puis on a goûté l’Inka Cola, un peu plus cher car importé du Pérou (en face du lac), c’est LA boisson nationale du Pérou et c’est absolument dégueulasse, comme si l’on buvait du malabar! on la laissé à l’hôtel.

Laisser un commentaire