Vallée Sacrée 2ème partie

Posted by on mars 24, 2012

Pisaq
Nous avons pris le bus direct depuis Cusco, 1h de trajet, S/2,5 par personne.
Le village de Pisaq est très joli, toutes les rues sont pavées, beaucoup de façades blanches…
Nous sommes allés nous installer à l’hôtel Beho en arrivant puis après le repas de midi nous sommes allés voir les ruines.

Nous pensions faire tout cela à pied… On a renoncé. En fait les ruines sont plus d’une dizaine de kilomètres au dessus du village et contrairement à celles que nous avons visitées auparavant elles sont très étendues.
Cela veut dire 1h30 de marche jusqu’aux ruines principales puis encore 1h30 pour arriver tout en haut du site, auquel il faut ajouter le retour. Tout cela bien sur en montée sur des petites chemins escarpés et des escaliers incas vertigineux.

Du coup nous avons pris un taxi pour aller tout en haut du site et nous sommes redescendus à pied jusqu’au village.
Le taxi c’est cher (S/25 l’aller), du coup si vous pouvez trouver d’autres personnes avec qui partager c’est mieux !
La vue en arrivant en haut est magnifique avec les ruines et les vallées verdoyantes.

Je vais vous parler un peu des escaliers et chemins et sites incas.
Ils étaient timbrés ces incas ! Au lieu de faire comme chez nous et de mettre une forteresse et des tours de défense en hauteur et de laisser tout le reste sur un plateau ou tranquillement dans la vallée, ils construisent tout sur des pentes à plus de 50° !

Alors les escaliers et les chemins je vous en parle même pas ! C’est systématiquement à flanc de falaises, au grand maximum, qu’en t’as de la chance ça fait un mètre de largeur, la plupart du temps les marches sont soit immenses genre 50 cm de hauteur, soit très inégales et glissantes car taillées directement dans la roche.
Non mais franchement, pourquoi ils faisaient pas des marches plus petites ? Il parait que les hommes faisait en moyenne 1m56, soit 4cm de moins que moi… Alors je sais pas ils était peut-être bizarrement foutus avec des jambes qui faisaient 1m20… Ça expliquerait la hauteur des marches…

Et il faut ajouter que les péruviens doivent toujours avoir le gêne inca qui leur dit que c’est normal de faire des accès pareil et le gouvernement a pas encore eu l’idée de mettre de supers normes de sécurité, donc malgré les milliers de visiteurs, sur dix bornes de chemins pourris y a trois rambardes…

Ce qui produit un effet certain, quand tu aperçois la rambarde, ta première réaction n’est pas « Oh chouette un passage sécurisé!  » mais plutôt « Non, pitié, pourquoi ils en ont mis une là ? ». Parce que pour que même les péruviens pensent qu’il y a besoin d’une rambarde, c’est en fait que le chemin s’écroule dans le vide alors faut s’accrocher !

Enfin bref vous avez compris, Pisaq c’est super beau, mais c’est interdit aux bambins gambadants, aux plus de 60 ans qui ont mal aux genoux et aux Marika qui n’ont pas de Clément auquel se cramponner.

Voilà tout ce que Marika a retenue : la peur du vide !
En dehors de ça le site est magnifique.

On a commencé la visite par les immenses terrasses en demi cercle.
terrasses en demi cercle

Le cimetière, des trous dans la falaise pour enterrer les morts.
Le cimetière
Le premier village en ruine.
village en ruine

Un tunnel de 1m30 de haut.

Le site principal avec un temple du soleil.
Les temples se remarquent facilement car ce sont des batiments qui ont des pierres beaucoup plus soigneusement taillées et les murs sont arrondis.

Un autre petit village inca en dessous avec ces terrasses.

Puis les terrasses qui sont au dessus de Pisac.


A oui parlons en des terrasses Incas… ils sont fous ces Incas !!!
Depuis que nous sommes parti de La Paz en passant par le lac Titicaca, il y a des terrasse par tout !
Du bas jusqu’en haut des montagnes, et jusqu’au bord des falaises !

Prochaine étape Ollantaytambo: citation du Routard « on accède au site par un escalier très très raide », youpi !

Adresses à Pisaq:
Hotel Beho, dans la rue qui monte à gauche de l’église:
Chambre double sans sdb, S/ 50.
Proprio et son fils très accueillants. Cuisine disponible, jardin, sbçdb commune basique mais propre, eau à peine tiède. Chambre sympa.

Ulrike’s Café, dans la rue à droite en descendant de la place:
Un délicieux strudel à la pomme ca ne se refuse pas !
Pas plus que le reste: super pizza végétarienne et lasagnes !
Menu à S/15.

Laisser un commentaire